Aristide Briand, un militant de la paix en Europe

par Yannick Le Moing  -  3 Décembre 2012, 12:57  -  #Histoire

Fils d'un cafetier de Saint-Nazaire, avocat puis journaliste, cofondateur avec Jaurès du parti socialiste français (1901), il se fait rapidement connaître par ses dons oratoires et sa forte personnalité.

Entré à la Chambre en 1902, il est rapporteur de la fameuse loi de séparation des Églises et de l'État de 1905, dont il assure l'application comme ministre de l'Instruction publique et des Cultes dans les gouvernements Sarrien et Clemenceau (1906-1909).

Il connaît alors une carrière extraordinaire, devenant 23 fois ministre (17 fois ministre des Affaires étrangères) et 11 fois président du Conseil.

Initiateur de l'expédition de Salonique et du front des Balkans lors de la Première Guerre mondiale, il préside en 1921 aux règlements internationaux consécutifs à la guerre et acquiert à partir de 1925 une audience internationale à la tribune de la Société des Nations, multipliant les occasions de fonder la paix : pacte de Locarno du 16 octobre 1925, rencontre avec Stresemann à Thoiry en 1926, renonciation à l'occupation de la Rhénanie cinq ans avant terme, pacte Briand-Kellog signé en août 1928.

En septembre 1929, bien avant Jean Monnet, il lance l'idée d'États-Unis d'Europe et d'union fédérale européenne. Mais battu par Paul Doumer à l'élection présidentielle de 1931, Aristide Briand se retire en 1932, même année que sa mort.

Aristide Briand, un militant de la paix en Europe