Le blog de Yannick LE MOING

Le blog de Yannick LE MOING


La ville efficiente, quels coûts, quels modèles économiques ?

Publié par AMRT sur 13 Décembre 2013, 11:23am

Catégories : #Société et Environnement

Bruno Léchevin, Président de l'ADEME.

La ville efficiente, quels coûts, quels modèles économiques ?

Personne ne peut être contre une ville efficiente (efficace et à moindre coût). Mais de quelle efficience parle-t-on lorsque l'on parle de la ville durable ?

Elle ne peut être simplement ramenée au coût de la tonne carbone !

Même en évitant des horizons temporels trop larges, l'efficience est difficile à évaluer.

L'efficience à court terme rentre en conflit avec l'efficience à long terme. Les risques sont grands que les décideurs ne choisissent le court terme. Certaines décisions conduisent à rendre impossible les investissements à long terme qui seraient (à leur échelle de temps) plus efficients. Le critère coût/avantage n'est pas toujours lui-même efficient et conduit parfois à des situations de blocage. Ainsi, selon le critère coût avantage, on n'aurait pas privilégié les tramways, les réseaux de chaleur...

Dans un avenir incertain, la recherche de l'efficience se conjugue avec le renforcement de la capacité d'adaptation, c'est-à-dire avec la résilience (qui est avec l'efficience un concept dur à appréhender !).

Doit-on être condamné à l'immobilisme ?

Non, il faut avancer résolument, même s'il n'y a pas de modèles uniques, ou totalement exemplaires.

Il faut trouver de bons critères qui intègrent plusieurs échelles de temps. dans certains cas, la comparaison entre deux choix peut être représentée et exprimée par des calculs économiques: ainsi dans la reconstruction de la ville sur la ville, et en prenant en compte le prix élevé du m2, est-il parfois intéressant de rajouter un étage à un immeuble, ce qui permet de financer la rénovation énergétique et de rajouter un ascenseur à l'immeuble. Ainsi la densification naturelles des espaces pavillonnaires, par initiative des propriétaires, peut-elle être une solution efficiente. Ainsi la mobilité électrique partagée (associant infrastructures de recharge, nouveaux modes de vie...) prend toute sa place dans l'urbain dense et permet une économie de partage.

La ville est à la fois une concentration des fonctions (logement, travail, mobilité, services...), une concentration des flux de toutes natures, une concentration des enjeux de développement durable.

La ville, c'est 3 fois 80%: 80% de la population, 80% de la consommation d'énergie, 80% d'émission de GES (Gaz à Effet de Serre).

La ville, c'est aussi et surtout un lieu de vie, de rencontre, d'échange de cohésion sociale...

Et le Maire doit répondre à toutes ces finalités à différentes échelles, en lient des enjeux de santé, de sécurité, d'environnement, de développement économique et social...

Il n'y a pas de modèle unique, mais il y a des lignes de force: à l'ADEME, on en distingue trois:

1- Partage des connaissances: l'effort de prospective de l'ADEME a été présenté dans un livre "Défis et prospectives pour les villes durables du futur".

2- Disposer des bons outils, pour agir en amont: notamment un outil de suivi des projets et de l'approche environnementale de l'urbanisme sous le nom de AEU puis depuis 2013 AUU.

3- Adopter une logique de coopération entre acteurs et entre divers territoires, partager les pratiques, associer les Collectivités territoriales à des réflexions sur la distribution d'énergie et d'efficacité énergétique...

Si la ville de 2050 est sous nos yeux (dans les pays du Nord), les évolutions structurelles sont à repenser dans une urgence renouvelée.

Extrait des actes du Colloque "Réinventer la ville face aux risques et aux défis à venir !" des 13 et 14 novembre 2013 à Paris, Hôtel de l'Industrie, organisé par le Mastère Spécialisé "Gestion des Risques sur les Territoires" de l'EISTI.

La ville efficiente, quels coûts, quels modèles économiques ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents