Yannick Le Moing

Yannick Le Moing

Développement durable et Gestion des risques sur les territoires

Le climat peut- il changer ?

126 Pays souvent représentés par leur chef d’Etat se réunissent en ce moment à New-York pour tenter d’enrayer le changement climatique donné à la hausse. Ont-ils une chance de réussir? C’est peu probable pour deux raisons principales :

-la première c’est que la dizaine de réunions antérieures n’ont pas vu début du commencement d’une action réelle. Tout ce qui a été mis en place ce sont les échanges de droit à produire du CO2 permettant à un pays pollueur de continuer à polluer en vendant ses droits à des pays qui n’ont pas les moyens de produire eux-mêmes, des gaz à effet de serre. Pourquoi cette nouvelle « grand’messe » du climat apporterait-elle du nouveau ?

- la deuxième c’est qu’à force d’attendre sans rien faire les enjeux sont devenus tellement colossaux qu’aucun chef d’état ne prendra le risque d’engager un effort quelconque.

En effet, l’augmentation globale de la température est estimée par le GIEC (groupe d’étude sur le climat) entre 2 et 4°C d’ici la fin du siècle. Ce qui correspond à l’augmentation globale de température depuis la dernière glaciation.

Or, le principal responsable de cette hausse de température c’est l’augmentation des « gaz à effet de serre » et notamment le CO2 qui est responsable pour plus de 60% de cette augmentation. Dans les siècles ayant précédé l’ère industrielle la production de carbone (et donc de CO2) était équivalente à ce que la nature pouvait capter ou éliminer grâce à ses « puits de carbone » naturels (océans, forêts, érosion, etc..) soit 3 gigatonnes de carbone par an. Aujourd’hui, la production est supérieure à 7 Gigatonnes. Il y a donc un excès annuel de 4 gigatonnes de Carbone qui s’accumule annuellement (et ce pour 125 ans) dans l’atmosphère en renforçant progressivement l’effet de serre, principal responsable de l’augmentation de la température globale de la Planète.

Pour retrouver cette situation ante-industrielle il faudrait donc réduire de plus de 50% la production de CO2 qui provient principalement des énergies fossiles libérées, comme le pétrole, le charbon ou le gaz…). Ce qui concrètement limiterait à 460Kg/habitant et par an (ou à 1.7 Tonne/ Ha /an celle du CO2) la production de Carbone. Cela veut donc dire qu’un allemand ou un anglais devrait diviser par 20 sa production annuelle de Carbone, un américain par 10 et un français par 4.

C’est donc quelque chose de peu probables pour deux raisons :

-La population qui ne supporte plus les contraintes économiques supporterait encore moins une quelconque contrainte écologique.

-la deuxième c’est que cela réduirait les bénéfices des compagnies pétrolières et on a vu, dans les conflits majeurs, leur toute puissance.

Ce qu’on peut donc raisonnablement espérer de cette réunion de l’ONU, c’est que les congressistes auront pu visiter les environs de New-York et participé à des banquets forts conviviaux. Lamentable !!!!!!

Michel Villeneuve

Vice-président de Génération Ecologie

Directeur de recherche honoraire

Le climat peut- il changer ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article