Yannick Le Moing

Yannick Le Moing

Développement durable et Gestion des risques sur les territoires

Disparition de Jean-Yves Cozan : l'hommage de Kevre Breizh à un grand acteur de l'histoire bretonne contemporaine

Avec Jean-Yves Cozan, c'est un véritable monument de la vie politique et culturelle bretonne qui vient de disparaitre. Il aura marqué de façon profonde le paysage actuel de la Bretagne qui, sans lui, ne serait pas tout-à-fait, ce qu'elle est aujourd'hui : un pays qui n'a plus honte de sa culture, de ses langues, de son identité.

Evoquer Jean-Yves Cozan, c’est d'abord évoquer une politique volontariste, tant au Conseil général du Finistère qu’au Conseil régional de Bretagne, pour apporter la reconnaissance et des moyens financiers et juridiques à toutes les expressions de la culture populaire bretonne : la langue, la musique, la danse, les sports, la littérature et l'Histoire.

Visionnaire et volontaire, il devançait les demandes du mouvement associatif, il les soutenait et fixait des objectifs en concertation avec les acteurs des grandes fédérations culturelles que sont Sonerion, Kendalc'h, War 'l Leur ; avec les fédérations sportives, FALSAB et Gouren ; avec les festivals, les ententes de pays et les associations de promotion de la langue, que ce soit les écoles Diwan, les écoles publiques et privées ou les associations de parents d'élèves Div Yezh ou Dihun.

Comme parlementaire, indépendant, il s'est exprimé et a agi, autant que faire se peut, pour la reconnaissance de la diversité des peuples de France. Il a voté pour la reconnaissance du peuple corse. Il a milité pour que la Bretagne réintègre la Loire-Atlantique et retrouve sa dimension humaine, économique et sociale indispensable à son épanouissement.

Profondément humaniste, Jean-Yves Cozan défendait les revendications légitimes, fussent-elles en contradiction avec la loi et opposées et opposées aux puissants. Quand il défendait la langue et la culture bretonnes, il défendait des valeurs universelles, la diversité des langues et des cultures, la maitrise des hommes et des femmes sur leur propre destin. La reconnaissance de la dignité humaine tout simplement.

Ancien vice-président du conseil régional, ex-conseiller général et ex-député, le Finistérien - et Ouessantin - Jean-Yves Cozan, qui aura indiscutablement marqué l'histoire politique de la Bretagne, connu également comme "l'homme à l’écharpe blanche", est décédé à l'âge de 76 ans. Il s'est mobilisé tout au long de sa carrière politique pour la promotion de la langue bretonne et Diwan. De 1983 à 2001, l'un de ses combats aura aussi été la défense et la promotion du Parc naturel régional d'Armorique.

Ancien vice-président du conseil régional, ex-conseiller général et ex-député, le Finistérien - et Ouessantin - Jean-Yves Cozan, qui aura indiscutablement marqué l'histoire politique de la Bretagne, connu également comme "l'homme à l’écharpe blanche", est décédé à l'âge de 76 ans. Il s'est mobilisé tout au long de sa carrière politique pour la promotion de la langue bretonne et Diwan. De 1983 à 2001, l'un de ses combats aura aussi été la défense et la promotion du Parc naturel régional d'Armorique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article