STX reprise par l’Italien Fincantieri

par LME  -  8 Avril 2017, 15:37  -  #Société et Environnement

STX reprise par l’Italien Fincantieri

Les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) passeront bien sous pavillon italien. Après avoir brandi la menace d’une nationalisation, le gouvernement a annoncé jeudi 6 avril avoir donné son accord de principe à une reprise des chantiers navals STX de Saint-Nazaire par l’italien Fincantieri, qui sera toutefois minoritaire, tandis que le français DCNS entrera au capital.

Selon le projet, présenté par le secrétaire d’Etat à l’Industrie Christophe Sirugue, le groupe italien reprendrait environ 48 % du groupe mis en vente après la faillite de sa maison mère, le sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding. Le groupe public militaire DCNS entrerait au capital à hauteur d’environ 12 %, l’Etat français conserverait ses 33 % actuels et la fondation privée italienne CR Trieste reprendrait le reliquat.

Le précédent partenaire italien présenté par Fincantieri avait été refusé par la France : il s’agissait d’une émanation de la Caisse des dépôts italienne, l’actionnaire majoritaire de l’industriel. Autant dire un « faux nez », vu de Paris. Cette fois-ci, la fondation privée a été jugée acceptable, même si les pouvoirs publics n’ont pas encore rencontré ses représentants.

L’accord de gouvernance, avec l’équilibre du capital, est proposé pour huit ans et le pacte d’actionnaires serait prévu pour durer vingt ans, a précisé le secrétaire d’Etat à l’Industrie devant la presse.

Une opération majeure pour le groupe de Trieste

Fincantieri a également pris des engagements en matière d’emploi, de maintien des bureaux d’étude à Saint-Nazaire, de protection des brevets français, et de non-transfert des activités hors de l’Hexagone. « Ils ont accepté beaucoup de choses », commente un proche du dossier.

La perspective d’un accord avait déjà filtré en Italie. En Bourse, l’action Fincantieri est remontée de 10 % en une semaine, pour atteindre son plus haut niveau depuis presque deux ans.

 Lire aussi :   Tango franco-italien à Saint-Nazaire

Seul candidat à avoir déposé une offre pour acheter STX France, le groupe de Trieste considère en effet ce rapprochement comme une opération majeure. Une occasion unique de concentrer les forces européennes dans la construction navale, afin de peser davantage face aux compagnies de croisière qui achètent les bateaux, et captent aujourd’hui l’essentiel de la valeur ajoutée au sein de la filière. « C’est avoir une courte vue que de conserver une myriade de sociétés qui n’arrivent pas à faire face à la concurrence », a souligné le patron de Fincantieri, Giuseppe Bono, dimanche 2 avril. A ses yeux, « la concurrence ne devrait pas être à l’intérieur de l’Europe mais avec le reste du monde ». 

Ces arguments en faveur d’un « Airbus des croisières » avaient de quoi séduire. Mais à Saint-Nazaire, c’est l’inquiétude qui domine depuis l’annonce en janvier de la vente de STX France à Fincantieri. Les syndicats et la plupart des élus locaux craignent un transfert des compétences françaises à l’étranger, en particulier en Chine, où Fincantieri a créé une coentreprise. En cas de diminution de l’activité, ils redoutent aussi que le groupe ne privilégie ses sites italiens au détriment de celui de Saint-Nazaire.

« Le risque de voir le savoir-faire partir »

Des préoccupations relayées par les candidats à l’élection présidentielle. Ces dernières semaines, Marine Le PenJean-Luc MélenchonNicolas Dupont-Aignan et même Jacques Cheminade ont pris position contre une prise de contrôle italienne. Et lors du débat entre les onze candidats, mardi, le projet alternatif d’une « nationalisation temporaire » évoqué par Benoît Hamon a suscité l’approbation, inattendue pour beaucoup, de François Fillon. « Effectivement, aujourd’hui, dans la difficulté où se trouve ce chantier et compte tenu des risques de voir le savoir-faire partir, une nationalisation qui ne soit pas permanente, qui soit là pour permettre une solution à cette entreprise, doit être envisagée », a déclaré le candidat Les Républicains.

Le « plan B » envisagé à l’Elysée consistait pour l’Etat à faire jouer son droit de préemption, pour passer de 33 % à 100 % du capital à titre transitoire. L’Etat serait très rapidement redescendu, au profit d’autres actionnaires tels que les armateurs italo-suisse MSC et américano-norvégien Royal ­Caribbean, les grands clients de Saint-Nazaire. Agité comme une menace ces derniers jours, ce plan reste sur la table si le compromis trouvé avec Fincantieri n’aboutit pas.

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :