2010, année Henri IV

par Yannick Le Moing  -  26 Mars 2010, 19:49  -  #Histoire

 

HENRI4 8Janvier2013 Final-copie

 

 

 

Le 14 mai 1610, le poignard de Ravaillac mettait fin à la vie d'Henri IV.


Pour commémorer le quatrième centenaire de la mort du plus populaire des Rois de France, de multiples manifestations sont organisées cette année: expositions, colloques, conférences, concerts, et même "poules au pot conviviales".


" Notre pays n'oublie pas, souligne Jacques Perot, président de la Société Henri IV, et a placé cet anniversaire parmi les plus importantes célébrations nationales de 2010 ".


A preuve le message que le Président de la République a adressé, le 10 décembre dernier, aux organisateurs de l'année  Henri IV, saluant " l'oeuvre fondatrice " d'un monarque qui " apporta à la France la prospérité et la paix civile ".

Toute l'oeuvre d'Henri IV consista à affermir sa légitimité, à faire la paix intérieure, à restaurer l'Etat, à imposer son autorité vis-à-vis de l'étranger, et à relever un royaume en ruines.

Notre époque le loue comme un apôtre du vivre ensemble, au prix d'un contresens historique:
l'édit de Nantes en 1598, destiné à mettre fin aux combats entre catholiques et protestants, a été négocié comme un compromis entre belligérants: il instaure moins la tolérance entre les deux religions qu'il n'organise la coexistence entre elles, sur la base d'un partage territorial.


Néanmoins, instaurant la paix intérieure sous les auspices de l'oubli et du pardon, c'est un grand acte politique, voulu par un Roi qui concevait l'Etat comme un serviteur de l'intérêt général, au-delà des passions particulières.

Lui rendre hommage, c'est donc se souvenir que " l'histoire de la France moderne n'a pas commencé avec la révolution de 1789 ".


Cette phrase est tirée du message du Président de la République.