Le blog de Yannick LE MOING

Le blog de Yannick LE MOING


En France, une kyrielle d'acteurs secondaires pour la Sécurité Civile

Publié par Yannick Le Moing sur 13 Septembre 2012, 12:25pm

Catégories : #Société et Environnement

En France, une kyrielle d'acteurs secondaires pour la Sécurité Civile

La loi de modernisation de la Sécurité Civile du 13 août 2004 énonce que "les missions de la sécurité civile sont assurés principalement par les Sapeurs-Pompiers professionnels et volontaires des services d'incendie et de secours, ainsi que par les personnes des services de l'Etat et les militaires des unités qui en sont investis à titre permanent.

Concourent également à l'accomplissement des missions de la sécurité civile les militaires des armées et de la gendarmerie nationale, les personnels de la police nationale et les agents de l'Etat, des collectivités territoriales et des établissements et organismes publics ou privés appelés à exercer des missions se rapportant à la protection des populations ou au maintien de la continuité de la vie nationale, les membres des associations ayant la sécurité civile dans leur objet social ainsi que les réservistes de la sécurité civile".

A côté des municipalités, du ministère de l'intérieur (Préfets, DSC, DSPN, Gendarmerie nationale, Police nationale) et des Sapeurs-Pompiers, une multitude d'acteurs jouent le film de la Sécurité Civile en France.

- L'armée avec Météo-France d'abord, qui peut aussi intervenir en renfort lors des grandes catastrophes.

- Le Service d'Aide Médical Urgente (SAMU), qui est le centre de régulation médicale des urgences d'une région sanitaire et qui, placé sous l'autorité du Préfet pour l'emploi opérationnel, répond à la demande d'assistance pré-hospitalière aux victimes d'accidents ou d'affections soudaines en état critique.

- Les associations agréées:

Citons entre autres la Croix-Rouge Française, la plus connue, qui compte 50.000 bénévoles, la Fédération Nationale de la Protection Civile (FNCP) au 32.000 adhérents; la croix Blanche (la plus ancienne des associations secouristes de France, fondée à la fin du XIXème siècle qui compte 3.500 membres opérationnels;

la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM), issue de la fusion de la Société Nationale de Sauvetage des Naufragés (SNSN) et des Hospitaliers Sauveteurs Bretons, plus orientés vers la surveillance et le sauvetage sur les plages et en mer;

les oeuvres hospitalières de l'Ordre de Malte qui perpétuent les traditions chevaleresques;

la Fédération Française de Spéléologie (FFS) dont les 2.000 bénévoles répondent aux urgences du secours souterrain;

la Fédération Nationale des Radioamateurs au service de la Sécurité Civile (FNRASC). Ces associations apportent un renfort de qualité aux moyens engagés par les secours publics.

- Les associations qui, sans être agréées, ont comme objet le secours à population, comme le SAMU SOCIAL;

- Les administrations départementales comme la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) dont l'une des missions est le pilotage des plans sécheresse;

- La Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP) dont l'un des services est la sécurité sanitaire;

les associations régionales comme l'Agence Régionale de Santé (ARS) en charge de la santé publique;

- La Directions Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) chargée, par exemple, de la pollution et des risques;

- Les réserves communales de la Sécurité Civile, comme, par exemple, les Comités locaux Feux et Forêts, les fameuses "casquettes rouges";

- Le secteur privé via la réquisition prévue par l'article 17 de la loi de modernisation de la Sécurité Civile, qui permet d'obtenir de la part des entreprises un concours occasionnel et, via la mobilisation qui permet de planifier une collaboration avec le privé par contrat, comme par exemple, la convention TRANSAID qui permet de mobilise des techniciens du risque chimique lors d'un accident de transport de matières dangereuses.

- Enfin, le citoyen, objet de l'attention du législateur en 2004, puisque la loi de modernisation du 13 août vise à faire de la sécurité civile "l'affaire de tous" et donc de chacun, encouragée en cela par le droit à l'information de tous les citoyens sur les risques. Dans cet esprit, le Plan Familial de Mise en Sûreté (PFMS) aide les familles à assurer leur sécurité afin que le citoyen devienne acteur de sa propre sécurité.

Extrait du mémoire de Mastère Spécialisé en Gestion des Risques sur les Territoires "Le SIDPC, tête de réseau de la Sécurité Civile" - Yannick LE MOING - janvier 2011.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents